C.I.G.A.L.E.S. La Pangée

Club d'Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l'Epargne Solidaire

ad

La Pangée « se met à table »

La « table paysanne » de Nathalie étant ouverte depuis quelque temps, des membres de notre C.I.G.A.L.E.S. La Pangée ont fait le déplacement à Notre-Dame de l’Osier à l’occasion de notre dernière assemblée générale, fin août.

Après notre réunion, comme il faisait très beau, nous avons pu prendre l’apéritif à l’extérieur avec une superbe vue sur la campagne environnante et les noyers, avec, en toile de fond, les contreforts du Vercors.

 

Nathalie nous avait préparé quelques spécialités avec les produits du jardin : tomates-cerises, concombres, pesto basilic/noix, fromage blanc ciboulette, etc.

Puis nous sommes passés à table dans la grande salle qu’elle a pu aménager dans un hangar qui n’était plus utilisé depuis des lustres. Celles et ceux qui avaient visité les lieux avant travaux ont eu du mal à les reconnaître…

Le menu était de saison avec une salade verte et des tomates savoureuses venues tout droit du potager. Puis arrivèrent les poulets fermiers rôtis en cocotte dans le four à bois, accompagnés d’un gratin raviolé*. Fromages suivi d’une coupe de framboises du jardin avec chantilly pour terminer, sans oublier la pogne « maison » cuite au four à bois ainsi que les noix caramélisées.

Ravis de notre soirée et de voir Nathalie dans son élément, rayonnante ! Même si son activité ne fait que démarrer, les premières impressions des clients sont bonnes et c’est très encourageant. Bonne chance Nathalie !
* Le gratin raviolé, vous connaissez ? C’était un plat familial autrefois couramment préparé dans la région. On l’appelait les ravioles du pauvre… C’est un gratin à base de pâtes cuites dans un mélange de tomme blanche, œufs, et fromage râpé, avec beaucoup de persil.

Amandine et son « Usine à 4 vaches » deux ans après.

 

Il y a près de deux ans notre club Cigales avait été séduit par la détermination de cette jeune femme Amandine qui n’avait pas hésité à réaliser sa passion et à troquer son bureau de responsable administrative et financière contre l’herbe grasse des vaches laitières.

Nous lui avions accordé un soutien financier et logistique autant que faire se peut et l’association des Compagnons de la terre à Eurre lui avait ouvert les portes de son espace test agricole et mis temporairement à sa disposition des terres et bâtiments agricoles pour s’essayer à son activité.

Nous avions assisté dans la bonne humeur à l’arrivée des quatre premières vaches à « l’usine d’amandine ».  Celles-ci depuis ont offert à notre fermière des litres et des litres de lait immédiatement transformés par Amandine en délicieux fromages et desserts lactés, d’adorables petits veaux sacrifiés en boucherie, et sans oublier les cochons nourris du surplus de petit lait et eux aussi finissant dans nos assiettes. Amandine a acquis une expérience, une endurance, et malgré la somme de travail elle ne regrette pas aujourd’hui son choix et nourrit le projet de s’associer, de prendre son indépendance d’ici la fin de l’année, et cherche actuellement un lieu, une structure lui permettant de continuer à aller de l’avant.

Nous sommes heureux d’avoir pu lui permettre de réaliser son rêve et de constater que son bonheur était bien dans le pré !

La table paysanne de Nathalie

Elle s’appelle Nathalie ! Elle a la cinquantaine, deux enfants et deux petites-filles. Elle habite dans la campagne, près de Vinay, dans une vaste ferme héritée de sa famille, dont elle a retapé la partie habitation, de ses mains pour l’essentiel…

Au chômage depuis quelque temps, elle souhaite faire vivre cette ferme traditionnelle dauphinoise qui est dotée de bâtiments agricoles restés à l’abandon depuis de nombreuses années…

Comme elle adore cuisiner, elle se renseigne sur l’accueil paysan. Son idée est d’ouvrir une « table paysanne » où elle servira des spécialités régionales dont certaines sont quelque peu oubliées : vin de noix, poule au pot, gratin raviolé, gratin dauphinois, pain, pogne et saint-Genix cuits au feu de bois, tarte aux noix, etc. Le tout dans une ambiance rustique, au milieu des noyers, à deux pas d’un sentier de grande randonnée (GR). La plupart des produits servis à sa table proviendront de son jardin potager ou de fermes voisines.

Nathalie entreprend donc d’aménager un des hangars qui offre une très belle vue sur la campagne environnante. Elle autofinance une partie des travaux. Et la voilà à la recherche de fonds complémentaires…

C’est là que commence une aventure qui va durer de longs mois. Les structures qui ont pour vocation d’accompagner les porteurs de projets visant à dynamiser le territoire ne manquent pas. Plusieurs sont approchées… Au départ, le projet plait, mais le statut agricole de Nathalie est méconnu… Ce qui aboutit à plusieurs refus peu expliqués pour ne pas dire, inexplicables !

Même si le Club C.I.G.A.L.E.S. La Pangée a validé sa participation pour le projet de Nathalie, il faudra beaucoup d’énergie, d’interventions et d’explications pour enfin obtenir un feu vert pour un financement régional qui se répartit en : prêt à taux zéro et petite subvention (via le réseau France Active) et microcrédit (via Parcours Confiance du réseau des Caisses d’Épargne) !
De quoi poursuivre les travaux et finaliser cette belle idée.

Ah oui… j’allais oublier de vous dire que Nathalie est aussi à l’aise devant ses fourneaux qu’avec une tronçonneuse, une pioche ou un râteau, un tracteur, ou autre engin de même genre ! Un phénomène assurément !

Nous lui souhaitons pleine réussite dans ce nouveau projet de vie qui lui permet de créer son activité et de sortir des rangs des demandeurs d’emploi… Chapeau ! Nous pourrons et vous pourrez bientôt aller tester sa « table paysanne » (15 personnes maximum et sur réservation uniquement… ainsi le veut la Charte de l’accueil paysan).

L’épargne citoyenne, un levier de l’économie locale

Le Club GIGALES La Pangée de Romans

vous invite à une soirée d’information le jeudi 20 avril 2017 à 18h30
à la Médiathèque Simone de Beauvoir (rue Sabaton à Romans)

L’épargne citoyenne,
un levier de l’économie locale

avec la participation  de Jérôme Trottignon,
Maître de Conférence en Économie à l’Université Jean Moulin de Lyon

Une soirée co-organisée par
La Pangée, Les Éditions REPAS – la Librairie des Cordeliers – la Médiathèque Simone de Beauvoir

Est-ce que l’économie est compatible avec les mots : social, local, citoyenneté ? L’économie peut-elle exister en dehors de toute spéculation, du CAC 40 ou du capital à risque ?
Comment de simples citoyens peuvent accompagner celles et ceux qui se lancent dans la grande aventure de la création ou du développement d’une entreprise, loin de toute spéculation, en soutien à des initiatives locales ?

Cette soirée apportera un éclairage original en dévoilant le fonctionnement d’un Club d’Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l’Epargne Solidaire (C.I.G.A.L.E.S).